Les mauvais jours

Publié le 19 Décembre 2013

Les mauvais jours

Bon sang, ça y est, c'est reparti :

... l'automne et ses nuits qui commencent à 17h45

alors qu'on est, pour certains, encore assis sur sa chaise au travail (pour les Series Addicts : j'ai tout simplement l'impression de vivre "24 heures chrono" au bureau).

A cela, on peut ajouter d'autres facteurs de saison tout aussi agréables :

  • l'humidité bretonne généralisée au plan national,
  • les trottoirs-tueurs avec leurs tapis de feuilles mortes visqueuses (ce qui me vaut une démarche des plus féminines, la même qu'en été lorsque j'essaie de traverser, le plus dignement possible, une rivière pleine de galets),
  • ET SURTOUT... mes Ô-Combien-Agréables congénères qui tirent la tronche dès la seconde où ils mettent un pied dehors.

... C'est dommage parce que si chacun y mettait un peu du sien, même avec le plus ridicule sourire forcé, et bien...

on vivrait tellement mieux !

Et c'est franchement pas faute de nous l'avoir enseigné, répété, râbaché, dès notre plus tendre enfance :
(ne me demandez pas pourquoi Ken se balade dans un tel accoutrement... gardons l'esprit ouvert et tolérant)

(ne me demandez pas pourquoi Ken se balade dans un tel accoutrement... gardons l'esprit ouvert et tolérant)

Pour ma part, je m'efforce de sourire dès le matin, mais il ne faut pas croire...

Je n'ai pas plus envie que vous d'être là :

1/ Je suis horriblement fatiguée, en témoignent les "poches du (vieux) dormeur" qui se sont visiblement invitées sous mes yeux, comme ça, sans aucune autorisation préalable ;

Réaction typique face à son reflet dans une vitre du métro : "Oula, y'a un problème d'éclairage dans cette rame" ... Hochement de tête, changement de position, voire changement de vitre : "Ah non, ce sont bien des cernes..."

2/ Les étudiantes de mon quartier me dépriment complètement, avec leur teint frais et repulpé, leurs joues de poupée rosies par le froid, déployant plus d'énergie que si je m'étais enfilée un pack de canettes énergétiques... c'est d'ailleurs à ce moment-là qu'une certaine lucidité me gagne et que je réalise que je n'ai absolument plus le même âge qu'elles !

(en revanche, elles, elles ont su dès le premier regard que le terme le plus approprié pour me dénommer, c'est forcément "Madame")

3/ Je suis obligée de me tenir debout (j'ai dit "debout", pas "droite" hein), alors que j'étais parfaitement bien, moi, il y a quelques minutes, en station allongée sous mes kilos de couette...

4/ Je dois déjà faire des choix pour ma survie, entre

  • tenir la barre poisseuse sur laquelle il serait suicidaire de vouloir y faire quelque analyse bactériologique voire une étude des particules organiques, épithéliales, alimentaires et je n'ose encore imaginer quelle autre chose microscopique on pourrait y trouver...

OU

  • avoir le manteau (jour de chance) ou le visage (les autres jours) collé contre l'une des vitres du métro, tout aussi grasse.

5/ Il est 8h30 du matin.

... à ce moment-là, mon seul ami se trouve dans la vitre d'en face : mon reflet qui m'aide à vérifier si je suis tout de même présentable, malgré l'absence DU FAMEUX COUP DE BROSSE A L'ARRIERE DE LA TETE... (le coup de brosse qui atténue la marque visible de l'oreiller, et qui la transforme en un épi qui nous évoque strictement la même chose !...)

BREF.

Je crois qu'il est temps d'admettre que je déteste cette période de l'année.

Je la déteste serait même un peu faible...

En fait, je la maudis.

Oui, n'ayons pas peur des mots !

Synonymes possibles : réprouver, détester, haïr, tempêter, abominer, vomir... voyez que ça aurait donc pu être pire :)

J'ai essayé de comprendre, au-délà des manifestations énoncées ci-après, pourquoi je me sentais si mal en cette période terne, froide, sombre, ralentie, humide... et voici ce que j'en ai conclu :

L'automne me replace dans ma condition originelle de blaireau

(L'animal ! Oui, bon, on peut tout à fait imaginer que dans une vie antérieure, on incarnait un blaireau, non ?!)

"C'est ti pas meugnon ?!" (pardon, je m'égare..)

"C'est ti pas meugnon ?!" (pardon, je m'égare..)

Donc un blaireau, contraint de sortir la nuit pour profiter du peu qu'il lui reste de vie, pour se trouver un casse-dalle suffisamment confortable pour rassurer au moins son estomac, et rejoindre ensuite son terrier.

En fait, quand arrive l'automne, j'ai cette terrible impression que pour survivre, je vais devoir commettre l'impensable :

Manger ma soupe à 19h00 avec plaid et grosses chaussettes, en regardant la rediffusion du dernier Fort-Boyard.

Là, j'imagine bien la tête de mon homme à qui j'ai certifié que la tenue la plus horrible de mon "dressing de nuit" était un combi-short en satin et dentelle, et que "Ouh non, non... pas de pyjama-pilou chez moi, Diantre non"...

Donc voilà, maintenant, vous comprenez sans doute mieux comment j'en suis arrivée à me lamenter de la sorte, après avoir arpenté tant de trottoirs de ce genre :

Les mauvais jours

MAIS, si vous aussi, vous souffrez du syndrome saisonnier, j'ai une bonne nouvelle pour vous !

Figurez-vous que je suis TOMBÉE, là, comme ça, moi-même dans la plus graaaaaaande des surprises... sur un site Web qui m'a amusée

Attention, pour apprécier pleinement le sujet, soyons 100% décomplexés...
  • CE site va révolutionner la vie de tous ceux qui galèrent au quotidien.
  • CE site est porteur de bonnes nouvelles.
  • CE site est générateur d'espoir.

Exit le confessionnal communautaire "VDM -vie de merde-" que tout le monde doit maintenant bien connaître, venant rassurer les poissard(e)s les plus désespéré(e)s sur leur condition immuable et inexorable :

J'ai mieux que ça : place à l'originalité !

J'avais le choix entre vous proposer ce merveilleux site nippon pour habiller vos chats :

http://www.petoffice.co.jp/catprin/
http://www.petoffice.co.jp/catprin/

http://www.petoffice.co.jp/catprin/

Ou cet autre site...

SHY TO BUY* - parce que vous n'êtes plus seuls

http://www.shytobuy.fr/

QUE J'AI TROUVE G.E.N.I.A.L. !

(je m'enthousiasme pour un rien, je vous préviens)

Non mais c'est vrai quoi : c'est bien beau, ce site "VDM - vie de merde-" mais il ne fait que rassurer une communauté (qu'il serait bon de foutre sur une même île, d'ailleurs... loin de nous) ... Mais moi, j'aimerais surtout qu'on apporte une SOLUTION à tous ces gens !

Bon, je sais, je ne publie pas d'articles bien régulièrement en ce moment, et certains vont finir par se demander si je ne suis pas en train de dépérir intellectuellement (et pour leur répondre : "oui, sans doute" :-D )

Mais peu importe, finalement, que ce post n'ait "ni queue ni tête"...

... parce qu'aujourd'hui, je SAUVE DES VIES !

===> PREUVES EN IMAGE

Les mauvais jours

Donc résumons toute la splendeur de la réalité intime féminine, une fois qu'on s'écarte des magazines "Jeune et Jolie" (ah non, on me dit que ça n'existe plus), "Biba" ou "Votre Beauté" :

  • Gale
  • Verrues génitales
  • Flatulences
  • Hémorroïdes
  • Incontinence
  • ...
Note : vous pouvez sinon vous abonner au magazine "Notre Temps" mais cela demande un certain travail sur soi, pour accepter une telle démarche.

Bref. J'imagine aisément que certains hommes vont tomber de haut en prenant la mesure de l'étendue absolument horrifiante des travers féminins (ceci étant, on en a autant pour le compte des hommes, je vous rassure, et je laisserai d'ailleurs qui veut consulter ce site).

J'ai juste trouvé ça chouette de pouvoir partager ce petit "tuyau" avec vous ; vous qui serez peut-être ravi(e)s de pouvoir acheter un jour, DANS L'ANONYMAT LE PLUS TOTAL, l'un de ces produits "miracles".

Les mauvais jours

Bon, bon, bon...

Ben voilà. J'en ai fini avec ce post.

Et après cette révélation pour le moins étrange, il va sembler bien difficile de conclure l'article avec distinction et élégance !!!

*

Il ne me reste donc plus qu'à vous souhaiter de belles fêtes de fin d'année :-)

... SANS PETITS DÉSAGRÉMENTS !

(n'hésitez pas à poster vos retours d'expériences, si vous achetez sur SHY TO BUY ^_^ )

Les mauvais jours

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #Vie & Quotidien

Repost 0
Commenter cet article

The "J" girl addict 24/12/2013 06:36

Avant tout, ne s'agissait il pas de " Jules et Julie " ? ... " B. devant "
Merci pour ce petit moment de plaisir littéraire.
I love you

Albane Sören 24/12/2013 11:46

Des magazines à portée philosophique, quoi ! ... :) <3