Adieu Marylin

Publié le 14 Novembre 2012

TOUT FOUT LE CAMP

Me suis-je dit, intérieurement. Dans un long soupir.

J'étais en train d'imaginer l'époque du mythique blond peroxydé, où on ne connaissait guère que l'eye-liner et l'indétrônable mascara, le rouge à lèvres garance, le maillot de bain une-pièce (avec pour seule doublure : l'entrejambe) et les bigoudis.

Et malgré tous les efforts rassemblés aujourd'hui pour faire encore mieux qu'en 1962, malgré la cosmétologie, les rembourrages, les textiles hydratants, les textiles amincissants, les extensions, les capsules-gel, les injections liquides et de gaz carbonique, voire les coups de bistouri... ON N'A JAMAIS PU FAIRE MIEUX QUE MARYLIN.

Comment en suis-je venue à ce constat ?

UNE PUBLICITE

*

En fait, j'étais calmement installée dans mon canapé (oui, "Encore !"). La télévision déversait son bla-bla en bruit de fond, comme un ventilateur d'inspiration, tandis que j'essayais de donner naissance à ce nouveau post.

Une émission vient d'ailleurs de m'apprendre que, selon la définition la plus couramment admise, l'avocat (le fruit) tiendrait son origine de la langue nahuatl, dialecte des Aztèques notamment : "ahuacatl" ou "ahua guatl" signifiant tout simplement "testicule". Mais pas n'importe lequel ! Un testicule climactérique, certes, mais un testicule sacré ! Quoi qu'il en soit, si vous êtes l'heureuse propriétaire d'un avocatier, sachez que vous avez chez vous un... "arbre à testicules" ! Classe.

Bref.

*

Ma télévision marmonnait donc en boucle.

Ronde des publicités.

Quand tout à coup, un homme s'adresse à l'audience d'un ton très sérieux : "Ce dont je suis le plus fier, c'est la qualité de mes oranges".

Je relève la tête, j'attends d'y voir plus clair, sans doute encore plongée dans mes histoires d'avocats. Pfff... il s'agit bien d'une publicité pour une célèbre marque de jus de fruits. Pas intéressant. Je remets le nez dans mes écritures.

*

Et puis soudain... QU'ENTENDS-JE ? QUE VOIS-JE ?!!!!

Non ! Impossible.

Si ?! Ils l'ont fait ?!

...

===> Narta vient de sortir un PATCH anti-auréoles <===

On n'arrête plus le progrès : vous collez ledit patch au niveau des aisselles à l'intérieur de votre pull, de votre chemise ou encore de votre robe à manches longues, et là... MIRACLE ! Plus d'humidité, plus d'auréoles disgracieuses et, à terme, indélébiles.

Mais cela devient tout de suite moins pratique l'été, avec un débardeur. A priori, c'est pourtant à cette période qu'on en aurait le plus besoin. Je pense que les inventeurs sont suédois, ils ne doivent pas connaître la canicule ni les vêtements sans manches... (et puis si c'est pratique, cela ne peut être que suédois !)

http://www.narta.fr/deodorants-anti-transpirants-femme/patch-auto.html?gclid=CLeQ__3qy7MCFUfJtAod3DoAeg

Chez Narta, ils sont en plus d'humeur généreuse : vous avez même droit à votre Bilan Transpiration gratuit ! (conseil d'amie : ne montrez jamais les résultats à votre petit ami si vous souhaitez garder un tant soit peu de mystère dans votre couple...)

*

Voilà. C'est fait. Un patch anti-auréoles... je peine à y croire.

C'est dément ! Non. En fait, c'est ridicule. Cela va trop loin. On n'avait pas vécu ça depuis les serviettes hygiéniques parfumées au jasmin. Serviettes qui, au passage, sont potentiellement bourrées d'allergènes. Mais on s'en fiche, parce qu'on sent bon. Du moins, autant que cet aérosol Tourbillon d'Agrumes qui, comme d'habitude, me retombe sur la tête en pluie de citron chimique dès que j'ai besoin de l'utiliser aux WC. Mais que voulez-vous, c'est le prix à payer ! La juste contrepartie de ces petits arrangements exclusivement pensés pour les femmes.

Et puis...

Le PROGRES n'est pas non plus synonyme de MAGIE...

*

En tous cas, pour en revenir au patch anti-auréoles, le concept peut sembler à la base ingénieux. Si l'on considère son utilité dans des moments critiques, du type entretien professionnel, concert en soliste devant 3000 personnes, premier rendez-vous avec les beaux-parents, exercice du métier d'hôtesse de l'air... Mais à mon avis, l'idée de se coller un buvard sous chaque aisselle ne va pas séduire des foules. C'est une femme des temps modernes et cosmeto-geek en puissance, qui vous le dit (mais ce n'est que mon avis).

Je suis pourtant la première cliente -au plan national- qui peut se vanter d'acheter tout et (surtout) n'importe quoi, pourvu que ce soit décoré du macaron :

  • Nouveau!

  • Exclusivité!

  • Lauréat 2012 du Prix de la Beauté!

  • Résultats prouvés!

  • Elu produit de l'année!

  • ...

Il y a quand même un objet contre lequel je lutterai toute ma vie SANS AUCUN EFFORT, ce sont ces espèces d'escalopes en silicone que l'on glisse dans le soutien-gorge. A moins de tomber entre les mains d'un apprenti Boucher qui pourrait y trouver un certain intérêt, peut-être... http://www.laredoute.fr/vente-coussinets-ampliformes-silicone.aspx?productid=324116245&documentid=999999*(modèle vendu par La Redoute)

Quoi qu'il en soit, je comprends qu'on puisse facilement succomber à l'appel de ces inventions géniales. Regardez. Ce patch anti-auréoles, par exemple, est la promesse de soirées endiablées où vous ne craindrez plus de rester figée sur l'accoudoir d'un canapé, les bras scotchés au corps tel un gros rouleau de printemps dans son cellophane.

Exit les "Désolée, je ne me lève pas, j'ai un petit souci de nerf sciatique."

Et vous pourrez même vous marier en faisant 100% confiance à vos aisselles jusqu'aux noces. A supposer que votre robe ait des manches longues. Mais je crois que le dernier styliste à proposer cela est mort en 1480.

(vous qui avez une robe de mariée à manches longues : je plaisante, évidemment)

*

Le patch anti-auréoles serait donc d'utilité publique.

Mais avant tout achat compulsif, il faut quand même bien s'imaginer la réaction du Malheureux qui, dans un élan de passion, soulèverait le pull en cachemire de sa petite amie et se retrouverait la main soudain happée par l'une de ces grosses pastilles adhésives ("Tiens, un dessous de verre ?! Qu'est ce que ça fout là ?!"). Pour se rendre compte, l'instant d'après, que cet OCNI (Objet Collant Non Identifié) est par ailleurs impregné d'une substance organique humide. Et odorante ?!...

SCROUUUUUUUIIIITCH !

[Bruit du patch arraché par l'homme sus-désigné, dans un geste mêlé de surprise et de dégoût]

HEEEEEEEEEEEEEEEE !

[Cri strident émis par la propriétaire du cachemire, parfaitement sec aux aisselles et désormais parfaitement déformé]

*

===> CONCLUSION
IL APPARAIT TRES CLAIREMENT QU'IL EST FINALEMENT PRéFéRABLE DE PLAIRE A UN HOMME, EN AYANT LES DESSOUS DE BRAS TREMPéS 
Alors, pour citer l'éminent Chef Etoilé Ronald : "VENEZ COMME VOUS ETES" ... parce qu'il a bien raison. Au naturel, c'est toujours mieux.

"La beauté échappe aux modes passagères" [Robert Doisneau]

"La beauté échappe aux modes passagères" [Robert Doisneau]

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #A méditer

Repost 0
Commenter cet article