BAD DAY

Publié le 22 Novembre 2012

22.12.2012 /// Flash Info :

Affaire Bettencourt: Nicolas Sarkozy entendu par le juge Gentil

Pour notre Président -pardon, ancien Président-, on peut alors imaginer que ce ne sera peut-être qu'une presque-sympathique mauvaise journée.

*

En tous cas, je pense qu'aujourd'hui, nous sommes donc (au moins) deux à traverser, péniblement, ce qu'on appelle

UN JOUR "SANS"

*

Ces jours où on n'a pas des masses de choses à raconter, parce qu'on s'est levé du mauvais pied ou qu'on s'est même vautré la tête la première en voulant sortir de la couette.

*

Ces jours où on se réveille bien difficilement à 10h du matin mais où se dit qu'on devrait au moins avoir bonne mine. Mais non, pas du tout.

*

Ces jours où en relevant les stores roulants, on découvre la muraille de brume de Chine, et dans le ciel, on peut déjà lire : Température : 7°C / Taux d'humidité : 82% / NE SORTEZ QUE SI VOTRE VIE EN DEPEND.

*

Ces jours où le chat décide de vous faire une crasse de bon matin, en déversant 20cl d'ammoniaque artisanal sur votre tapis (tout propre) de la salle de bains.

*

Ces jours où le Pôle Emploi vous propose de l'aide, mais ne peut jamais rien pour vous.

*

Ces jours où toutes vos chaussettes sont en train de buller dans le SPA Whirlpool. Et la seule survivante que vous trouvez... est effectivement orpheline. Ou trouée.

*

Ces jours où l'énorme sac de Corn Flakes® vous tombe sur la tête en ouvrant le placard, où le couvercle du pot de sucre tombe dans votre café (votre sucre au café, maintenant) et où votre manche s'accroche à la poignée de la porte en sortant de la cuisine, votre bol plein-à-ras-bord à la main...

*

Dans un autre contexte que ce jour maudit du 22 novembre, c'est aussi :

Ces jours où on termine machinalement une conversation téléphonique par un "Bisous !" très enjoué... réalisant dans le même temps que la personne à l'autre bout du fil, est un client.

*

Ces jours où on parcourt 15km en bus pour constater avec étonnement, à la descente du terminus, que sa voiture n'est pas du tout là. Parce qu'elle se situe à environ 15km du point de chute. A l'endroit où on avait pris un bus, il y a 45 minutes ("Ah mais ouiiiiii...").

*

Ces jours où on entame le grand débat sur les prénoms italiens, faisant la promotion de Gianluigi, incontestablement plus glamour que sa traduction française Jean-Louis (je cite : "Mais c'est un prénom totalement 'has-been' de nos jours, non ?!")

[parce que c'est évident : être gardien de but à la Juventus de Turin, ça passe mieux en s'appelant Gianluigi Buffon que Jean-Louis Bouffon]

Et apercevoir la mine déconfite de son amoureux, à l'autre bout de la table. Parce que son père s'appelle... Jean-Louis ("Ah mais ouiiiiiii... j'oublie à chaque fois ! -Je ne devrais pas pourtant...-")

*

Ces jours où on va récupérer son courrier sans penser à prendre les clés. Et devant la boîte aux lettres, réaliser surtout que :

  1. on a claqué la porte de la résidence

  2. on a claqué la porte de son appartement

  3. on n'a pas de téléphone portable pour lancer un SOS

  4. la seule voisine qu'on connaisse, est partie en voyage

  5. on porte un abominable pyjama défraîchi, offert pour nos lointains 16 ans. Mais pas seulement, parce que :

  6. on avait préalablement enfilé une paire de chaussettes de ski multicolores (les seules disponibles) et plongé les pieds dans les chaussures cirées de son amoureux. Sans oublier la veste de tailleur "au cas où il fasse un peu froid"...

Tout cela, sans un vague premier passage dans la salle de bain (ah si, pour essuyer la jfsdpiuoasnetanbjqfjds du chat...)

En résumé, si cela vous arrive et que vous ne savez pas quoi faire en attendant le retour de votre amoureux, le soir, sachez que vous pouvez toujours vous asseoir dans le champ du voisin, au moins, vous pourrez éloigner les étourneaux.

*

Donc au final, dans ces cas-là, j'arrive par me rassurer intérieurement :

"Heureusement, je n'ai pas d'enfant !"

(heureusement pour lui, surtout).

Parce que je sais pertinemment qu'en plus du reste, j'aurais pu tester le cataplasme de lait caillé. Pas n'importe où, le cataplasme. Dans le creux bien chaud de mon col V, là, entre les couches autrefois propres de mon pull, de mon chemisier, de mon débardeur et de mon soutien-gorge.

Et à ce moment précis, j'aurais déjà été en retard pour me rendre au travail...

*

Bref.

Même si je voulais me motiver avec un "Beautiful Day" de U2, voire un "What a wonderful world" de Louis Amstrong... il est désormais clair qu'aujourd'hui promet d'être

une sale journée.

*

Donc plutôt que de lutter vainement contre l'adversité, je crois que je vais m'achever dans le canapé, devant un très rafraîchissant "Virgin Suicides" (Sofia Coppola).

L'autre solution serait de s'accorder une petite pause "réconfort" en consultant le Top 15 des Darwin Awards (prix remis à des personnes mortes à la suite d'un comportement particulièrement stupide de leur part) :

http://darwinawards.fr/top

et on y trouve, en premières lignes :

  • Garry Hoy, un notaire de 39 ans : est tombé du 24ème étage de l’immeuble Bank Tower à Toronto en démontrant la solidité des vitres à des étudiants. Son coup d’épaule brisa la vitre et il passa à travers.

ou encore

  • A Detroit, un homme de 41 ans : est mort noyé dans 50cm d’eau après avoir passé la tête dans une bouche d’égout et s’être bloqué dans la grille... pour récupérer ses clés de voiture.

*

Alors...

Ne vous sentez-vous pas tout d'un coup béni(e) des dieux ?!

*

Sur ce, je n'ai plus qu'une chose à vous souhaiter :

Bonne journée !

Si vous, vous y survivez... :-)

*

===> CONCLUSION
"Il faut sourire face à l'adversité, jusqu'à ce qu'elle capitule." [Og Mandino]

Mais surtout :

"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements." [Charles Darwin]

BONNE NOUVELLE DONC :

Il y aurait peut-être encore une petite chance pour moi ?! ...

BAD DAY

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #Vie & Quotidien

Repost 0
Commenter cet article