L'horloge biologique (selon les autres)

Publié le 10 Novembre 2012

Ne pas avoir encore d'enfants alors qu'on a trente ans, et de surcroît, lorsque l'on atteint le seuil de huit années de vie commune avec un être du sexe opposé...

... c'est -apparemment- impensable.

*

Au choix :

===> A VOIX BASSE

  • "La pauvre, c'est inquiétant..."

  • "A mon avis, ils ont un problème...."

===> A VOIX HAUTE

  • "Et vous, c'est pour quand ?!"

  • "Va falloir y penser !!!", ou variante "Va falloir s'y mettre !!!"

... à cela, sachez que la réponse la plus adaptée est la suivante :

"Ah oui, mince, c'est vrai !!! J'ai tendance à oublier que mon utérus est en phase I (sur III) de décomposition... ne vous dérangez pas pour nous, poussez juste les cacahuètes sur la table basse, on en a pour 50 minutes (on fait au plus vite)"

*

Blague à part, je dois avouer que ce raisonnement chargé de bienveillance, n'est en réalité pas dénué de bon sens. Parce que finalement, c'est un peu comme passer le permis B, et huit ans plus tard, ne jamais avoir encore conduit de voiture. Ou passer le permis hauturier pour rester à 0.1 mile des côtes en se baladant sur le dos d'une banane tractée.

*

Mesdames, Messieurs, je vous rassure tout de suite : je me porte comme un charme et il se trouve que mes ovaires sont tout simplement en permission (depuis une quinzaine d'années bien tassée, il est vrai). Mais je pars du principe que pour gagner une bataille, rien ne vaut une bonne cure de sommeil ! Mon credo depuis trente ans maintenant...

*

En fait, cette idée ne vient pas de moi. Je l'ai empruntée à la mythologie grecque. Oui, rien que cela. En effet, si l'on en croit un épisode bien connu de l'Enéide (Virgile), je suis encore parfaitement dans les clous ! Je m'explique :

Pour optimiser une grossesse, il faudrait semble-t-il :

  1. une armée de soldats (=ovaires) ingénieusement dissimulés dans le ventre d'un cheval (=moi)

  2. de l'intelligence rusée (=choix du père)

  3. une bonne nuit de sommeil (=trois décennies de grasses matinées)

  4. de la discrétion (=ne pas évoquer trop vite le sujet de la maternité avec le géniteur)

  5. de la patience (=30 ans, au moins)

  6. de la réactivité, le moment venu

Résultat : une victoire écrasante.

Si cette interprétation vous semble trop fantaisiste, en tous cas, ce n'est pas ce sérieux article scientifique tiré du Figaro® qui vous dira le contraire, concernant les heures de sommeil affichées sur mon compteur et leurs bienfaits évidents : "Les lève-tôt et couche-tard ont des performances comparables le matin, mais en fin de journée [...] les lève-tard sont moins fatigués et ont amélioré leurs capacités d'attention"...
http://www.lefigaro.fr/sciences/2009/04/27/01008-20090427ARTFIG00394-l-avenir-appartient-a-ceux-qui-se-levent-tard-.php

...

L'avenir appartient donc à ceux qui se lèvent tard !

J'en étais sûre !... :-)

L'horloge biologique (selon les autres)

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #A méditer

Repost 0
Commenter cet article

Charlie 28/02/2013 17:18

C'est vrai qu'à 30 ans, si tu es en couple depuis longtemps et que tu n'es pas mariée et n'as pas d'enfants les gens se posent (et te posent) bcp (trop) de questions ! Quelqu'un m'a même dit : vous n'êtes pas mariés, vous n'avez pas encore d'enfant, après 7 ans ensemble... c'est que vous ne finirez pas vos jours ensemble, vous êtes en attente du Vrai Amour mais ne vous l'avouez pas... je crois que je suis restée bouche béé, j'ai tourné les talons et me suis promis de ne plus jamais adresser la parole à cette (mauvaise) personne !