Les bonnes idées (I)

Publié le 16 Novembre 2012

Avoir une bonne idée pour un anniversaire, c'est compliqué.

Et c'est pire encore en vieillissant. Parce que cela fait maintenant quinze ans qu'on se creuse le crâne et qu'on a maintenant touché le fond de la marmite. Quinze ans qu'on se dit que c'est la dernière fois qu'on s'y prend trois jours avant. Et puis comme on gagne maintenant son argent de poche comme des grands, et bien "on n'a plus BESOIN DE RIEN".

ARRETEZ DE DIRE QUE VOUS N'AVEZ BESOIN DE RIEN !!!

Bon sang...

Si on vous le demande, c'est qu'on sèche, il faut le dire, COMPLETEMENT.

Personnellement, j'interprète toujours le "Je n'ai besoin de rien" par un "Démerde-toi, tu n'avais qu'à t'y prendre avant".

Pas tort...

*

Et puis il y a les familles qui célèbrent aussi les Fêtes. Challenge (= galère) supplémentaire. Mon petit conseil du jour : donnez à votre enfant un prénom qui n'existe dans aucune éphéméride, c'est plus simple.

*

Mais il y a pire que la recherche d'un cadeau d'anniversaire. Je ne parle pas de la Saint-Valentin, de la Fête des Mères, de la Fête des Pères, de la Fête des Grands-Mères... Non. Ca, ça reste encore dans le domaine du Possible. Et puis au pire, il reste toujours le grigri de rétroviseur en enfilade de coquillettes, pour papa, et la boîte à bijoux dans son étui Lanquetot®, pour maman. Ah non, on me dit que ce n'est plus possible pour moi depuis vingt ans. Bon...

Non, en fait, là où ça se complique réellement, c'est pour :

===> Noël

Parce que là, il vous faudra pas moins de 25 bonnes idées.

En même temps

Pour des hommes et pour des femmes, pour des enfants dont certains ne sont pas encore nés, pour des adolescents et pour des personnes âgées, pour un(e) célibataire, pour un couple, pour des jeunes mariés, pour des ami(e)s, des collègues, pour la famille. Pour quelqu'un qui a déjà tout ce qu'il faut. Pour quelqu'un qui n'aime rien. Et bien sûr, pour son éventuelle moitié.

Soit environ 125 pistes en vrac parmi lesquelles il vous faudra trier.

Si vous êtes comme moi, ce sera sûrement le contraire. Vous serez plongés dans un néant intersidéral ! Aucune envie, pas d'inspiration ni d'élan de génie. Bref, pas la moindre idée... ou alors, vous en aviez quelques unes mais c'était en mars. Alors forcément, depuis, vous les avez oubliées ! (ou autre variante : vous avez égaré votre petit bout de papier)

Cela donne donc généralement un certain mouvement de panique, à l'approche des Fêtes :

23 DECEMBRE, cohue dans les boutiques :

- "Bonjour, je cherche le Bubble Go III Balade®, vous savez, le trotteur évolutif qui fait de la musique, avec ses touches lumineuses, son miroir..."

- "On n'en a plus, Madame"

- "Non !!!"

- "Si, Madame."

- "Oh Non..."

"(là, ce serait bien que vous arrêtiez de m'appeler Madame par contre)"

[on reste toujours plantées là une ou deux minutes (attendant probablement un miracle), mais le Monsieur a dit qu'il n'y en avait plus, alors il n'y en a plus...]

Puis, enfin sortie de ma torpeur, je finirais par réagir intérieurement :

- Nooooooon !!! Ca y est ! Je suis foutue !!! Foutue, foutue, foutue...

Avant d'imaginer un plan B : faire ses valises pour disparaître le plus rapidement possible. Aux Bahamas, au hasard.
Y'a pire, comme exil. Mais on peut quand même faire mieux, pour Noël.

*

===> Les 25 bonnes idées

il faut les avoir, mais le plus important évidemment, c'est :

  • de LES TROUVER (géolocalisation), et

  • de LES ACHETER.

Sans céder à la panique ni commettre de meurtre. Interdiction également de racketter la personne qui a osé acheter le dernier exemplaire du jouet que vous recherchiez depuis trois semaines. Cela va de soi...

En tous cas, je vous annonce tout de suite : inutile de me chercher dans les rues du centre-ville ou dans un centre commercial entre le 1er et le 23 décembre, parce que je n'y serai pas.

Je fais mes courses à partir du 24.

C'est comme ça : j'aime le risque, l'urgence, le spectre de la défaite.

Plus précisément : j'aime fendre l'air dans les rues, bousculer les paniers et les chariots, souffler, râler, soupirer, m'effondrer à la caisse centrale, me rouler par terre, passer en revue toutes les boutiques de la ville parce que la première n'a pas le produit, parce que la deuxième l'avait mais ne l'a plus, parce que la troisième ne l'a jamais proposé, et la quatrième boutique n'existe plus (je cherche toujours la cinquième).

J'aime retourner frénétiquement tout un rayon qui ne propose pourtant absolument rien qui ne soit écrit sur ma liste.

J'aime attraper, avec une indescriptible satisfaction, le dernier produit du rayon. Agrippée au bord de l'étagère, sur la pointe des pieds, parce que ce qui m'intéresse se trouve toujours tout en haut.

J'aime patienter dans d'interminables files d'attente, alors que mes minutes sont comptées.

Et puis parce que...

J'AIME ETRE EN RETARD.

Mais ça, vous le savez déjà...

*

===> Reste enfin LE PAQUET-CADEAU

Là encore, il faut se battre. Patienter des heures dans une rangée à bout d'impatience. Il est même arrivé que des personnes (généralement des femmes, tant pis je balance) en viennent aux mains, ou se jettent au visage tout ce qui se trouve sur les présentoirs de caisse. Si vous êtes au royaume de King Jouet, ce sera au choix : balle rebondissante lumineuse, figurine Buzz l'Eclair® en résine, sucette géante Hello Kitty® ou encore panier de fruits et légumes en plastique mou. Bref, tout cela pourrait bien vous rendre aveugle. Alors on oublie tout de suite la tentative de "grillage" de file d'attente.

*

Ce qu'il faudra donc savoir pour terminer sereinement votre mission secrète "Petit Papa Noël" :

  1. Ne vous fatiguez pas à demander du papier aux caisses : ils n'en ont jamais en décembre. A croire qu'ils le gardent pour allumer leur cheminée à Noël.

  2. Il faudra vous présenter au comptoir provisoire "Emballage Cadeaux" où on ne distribue pas non plus de papier (même le 24 décembre à 19h25). Parce que c'est ainsi : il faut (encore) attendre qu'une aimable personne de la communauté des Scouts et Guides de France, se charge du paquet avec le plus grand soin.

En cas de malédiction absolue, vous tomberez sur un étudiant gauche (et gaucher) qui aura visiblement quelques problèmes de synchronisation avec ses deux bras, le rouleau de papier, l'adhésif et les ciseaux. Il vous tendra votre paquet difforme et vous aurez envie de lui répondre "Merci pour la momie en scotch".

===> REVEILLON DU 24 DECEMBRE

- "Oh, merci ma Chérie ! Mais tu as vu qu'ils ont collé l'étiquette "Joyeuses Pâques" sur le paquet ?!" (===> malédiction ===> l'étudiant...)

- "Ah mince. Trop long à t'expliquer... Mais le cadeau te plaît au moins ?!"

- "Oui, génial. Justement, il m'en fallait un !!! MERCI."

OUF

C'ETAIT UNE BONNE IDEE...

===> EN FAIT, FAIRE UN CADEAU EST TOUJOURS UNE (très) BONNE IDEE :-)

.

Les bonnes idées (I)

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #V.R.A.C. !

Repost 0
Commenter cet article

Laura 16/11/2012 18:24

Je reconnais la le manque d'idees, le vide intersideral dans mon cerveau qui commence pourtant a fumer!!! Meme pour mes propres enfants je seche (en meme temps, ils ont trop!!)....Je ne partage pas ton retard par contre, en tout cas pas le 24 decembre,haha!!! Mais si le "part II" ou le "part III" de ton post pouvait nous aider a trouver des idees (meme pourries ma foi...) ce serait le top!!!hihi Gros bisous!!