Les peurs ridicules

Publié le 16 Décembre 2012

"T'es complètement tarée"

Ca, c'est ce que je me suis dit.

  • Premièrement : parce que j'étais intimement convaincue de l'être ;

  • Deuxièmement : parce qu'avant de dire cela, j'étais en train de raconter ma vie ou plutôt ma soirée à la poignée de la porte des WC du lounge-club (taux d'alcoolémie incertain) ;

  • Troisièmement : parce que j'étais en train d'exécuter un geste pour le moins étrange.

Je vais vous expliquer...

*

Petit retour en arrière.

Il y a seulement 10 ans. Tous les jeudis, vendredis et samedis soirs.

Ou la dernière fois, il y a quelques mois. Parce que cela m'arrive encore de vivre des épisodes tout à fait regrettables !!! La folle jeunesse quoi...

===> Là, je vais m'adresser aux femmes.

Oui, parce que les hommes, loin d'avoir été suffisamment gâtés par le Créateur lorsqu'on les a jugés inaptes à l'accouchement... et bien on leur a aussi permis de ne pas connaître la douleur de la vessie trop pleine et du sphincter vésical super tendu !!! D'ailleurs, savent-ils seulement qu'ils en sont dotés ?!

Non parce qu'il faut bien le dire : quand un homme "a besoin de...", il n'est pas là, à scruter tous les buissons du bord de route, à 3km/h, tentant d'évaluer l'Ami Végétal qui lui permettra de se cacher le mieux tout en surveillant tout de même la voiture, de ne pas trop s'éloigner mais de ne pas être vu non plus...

Et encore, je ne vous parle pas de la phase d'étude des sols pour s'assurer que la pente va permettre un parfait écoulement des fluides bien à l'écart des chaussures, ni de la gymnastique improbable qu'il a fallu perfectionner avec ses jambes courbées, l'aptitude à saisir des tissus/objets avec les dents, à repousser la branche épineuse de la main droite et à éloigner le fond du pantalon de la main gauche, à vérifier l'absence de toute menace animale (ou humaine), à estimer l'heure de passage de la prochaine voiture, et la maîtrise absolue de la projection tri-directionnelle... tout cela dans un seul but : se relever parfaitement au sec...
CE QUI N'ARRIVE CLAIREMENT JAMAIS.

Non.

===> Quand l'homme a envie : il s'arrête.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il y a peu de chances pour qu'on puisse observer un jour un homme en train de sautiller sur place pour essayer de "se retenir" (d'ailleurs, je ne comprends toujours pas cette technique ancestrale... un quart d'heure de yoga me semblerait plus approprié, non ?!)

*

En tous cas, il n'en reste pas moins qu'un homme a toujours le choix de le faire avec distinction ! Ou pas ! Mais c'est tout de même conseillé pour ne pas avoir à subir la terrible agression du

KLAXON ACCUSATEUR.

(une femme est bien souvent à l'origine de ce geste offusqué)

(et c'est aussi ce qu'on adore faire, aux abords d'une camionnette illuminée, lorsqu'on y découvre un petit monospace familial garé juste devant...)

*

Mais revenons-en plutôt à ma soirée !

Ce soir-là, pour me rendre aux toilettes, je n'ai pas pris le chemin le plus court : je pouvais en effet tracer une belle ligne droite entre les tables et le bar. Mais j'ai zigzagué sur moi-même... Je sentais déjà que l'opération allait s'annoncer périlleuse...

Je me suis dirigée vers l'espace dédié : pas de file d'attente. Je me suis donc penchée de nouveau sur le sigle à l'entrée des toilettes, sourcils froncés : RAS, j'étais bien au bon endroit ! (oui, parce que des Toilettes Femmes sans femme à l'intérieur, c'est carrément louche).

J'ai alors immédiatement investi une "cabine" libre et rabattu la porte derrière moi. Et là... face-à-face avec la cuvette...

MUSIQUE Western DE CIRCONSTANCE : http://www.youtube.com/watch?v=iLBi0HB3_WM

*

Alors, je ne sais pas vous, mais pour ma part, et bien

j'ai arrêté de le faire :

===> Je ne recouvre plus la cuvette des WC avec des dizaines de rectangles de papier, découpés un à un avec une extrême minutie (= patience).
  • D'une part, parce que ça prend définitivement trop de temps,

  • D'autre part, parce qu'en s'asseyant, tout le bazar bouge et on finit par s'asseoir sur le plastique de la cuvette qu'on voulait surtout éviter de toucher,

  • Et encore d'autre part, parce qu'en se relevant, on embarque tout le montage-papier, devenu étrangement adhésif...

Non, c'est pénible. J'ai arrêté tout ça.

Mais le problème, c'est que si on ne peut pas s'asseoir parce qu'on refuse de confectionner sa couronne Lotus®, ça complique sérieusement l'opération...

1/ Parce qu'on n'est plus vraiment très nette

2/ Et surtout... PARCE QU'ON A PEUR !!!

*

Peur de quoi ?!

Enfin, Mesdames, c'est évident...

98% des femmes ont PEUR DE FERMER LE LOQUET ET DE RESTER ENFERMEE AUX TOILETTES !!!

Allez comprendre pourquoi...

C'est vrai, en y réflechissant plus sérieusement, c'est ridicule.

On n'a jamais entendu qu'une personne était morte abandonnée dans des WC !!! Que ce soit dans un bar, un restaurant, ou pire...

chez des amis !!!

*

OU ALORS IL FAUDRAIT VRAIMENT ÊTRE UN_GROS_LOOSER (= Darwin Award) :

  • être invités avec votre ami/mari chez un autre couple d'amis, et que votre ami/mari rentre sans vous, sans s'en rendre compte,

  • que vos amis ne se rendent pas compte non plus que vous n'êtes jamais revenue à table, et que vous n'avez pas non plus quitté la maison,

  • que votre ami/mari ne remarque jamais votre absence, pas même deux semaines plus tard,

  • que vos amis soient sourds et qu'ils n'utilisent jamais les toilettes où vous vous êtes enfermée.

Vous aurez donc disparue et personne ne vous recherchera. Pas même votre famille. Et vos collègues s'en foutront complètement, y compris votre patron.

Alors oui, là, éventuellement !!! Cela pourrait justifier cette bien étrange phobie...

En tous cas, c'est ainsi :

les filles ont peur de s'enfermer aux toilettes

Ce qui donne généralement ça :

- "Hey, Julie, je ne ferme pas la porte ! Tu restes bien devant, hein ?!"

*

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

*

Toujours est-il que :

  • lorsqu'il n'y a pas Julie pour monter la garde,

  • lorsqu'on ne veut pas mettre de collerette de papier sur la cuvette mais qu'on ne veut pas non plus s'asseoir dessus,

  • lorsqu'au bout de 6,5 secondes seulement, on est soudain happée par une crampe fulgurante dans les deux cuisses pliées en angle droit (parce qu'on tient absolument à rester debout),

  • lorsqu'on retient le bas de son pantalon pour ne pas le laisser traîner au sol ("Tu ne te rends pas compte, le nid à bactéries !!!"), et qu'avec l'autre main, on essaie bien difficilement de maintenir la porte fermée. PARCE QU'ON REFUSE DE S'ENFERMER...

et éventuellement

  • lorsqu'on parle à la poignée de la porte pour lui expliquer "combien on souffre aux cuisses mais que c'est pour la bonne cause" (mais comme elle, elle n'a de toute façon pas ces problèmes, finalement, elle s'en fout)...

Et bien là, on peut légitimement se dire :

"T'es complètement tarée"

Les peurs ridicules

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #Vie & Quotidien

Repost 0
Commenter cet article