Un jour, je serai une princesse

Publié le 12 Novembre 2012

A quatorze ans, alors que je portais encore des brassières sans armatures, contrairement à mes petites copines de classe déjà parfaitement formées, ma mère s'adressa à moi pour tenter de rompre mon désespoir, au fond de la cabine d'essayage :

"Ne t'inquiète pas, un jour, tu en auras."

"Vers dix-huit ans", m'a-t-elle précisé.

*

A trente ans, j'ai toujours le volume de deux mirabelles de Metz, perdues dans ma brassière. C'est à dire que je suis toujours aussi formée qu'en classe de Seconde, lorsque j'enfilais des chaussettes sous mes pulls pour essayer (vainement) de me rassurer.

Pathétique, en effet.

Le problème pour moi, en 2012, c'est que les Années Folles et la vague Twiggy Lawson sont désormais bien loin. Même Jane Birkin, c'est pour dire...

*

Bon. Ce qui a tout de même changé, c'est que le soutien-gorge (plus précisément le Push-Up*, pour les inititées) a finalement investi mes tiroirs !

[* Push-Up = ampliforme]

  1. Parce que, m**de, je mérite mieux que de la brassière DIM® jusqu'à la fin de mes jours.

  2. Parce qu'ils le fabriquent, dans mon format, AU RAYON FEMME. Donc j'achète.

  3. Parce que, judicieusement choisies, ces petites choses me rendent enfin gloire (en me prêtant un bonnet supplémentaire /purement fictif/).

Vous avez peut-être déjà vu ces illuminées en boutique de lingerie, qui s'adonnent comme moi à un rituel très étrange. La méthode de sélection est très simple, je vous explique : je passe frénétiquement en revue l'ensemble des bonnets suspendus dans le rayon, en les tâtant un à un pour estimer la densité du rembourrage. Pour ce faire, il faut une certaine expérience dans le domaine du tâtement de mousse polyester (ou silicone), un bon rapport dextérité/rapidité et une sensibilité sensorielle exceptionnelle du pouce et de l'index droits (pour une droitière). Faute de quoi, vous risquez de passer votre journée dans le même magasin.
===> Le grand gagnant : le soutien-gorge pouvant être décliné si besoin en oreiller, au camping par exemple.

Mais très honnêtement, je dois avouer que ces problématiques de "bonnet" me sont finalement devenues égales... La maturité de la trentaine, sans aucun doute !

En fait, pas seulement.

Cela m'est surtout égal parce que :

  1. Vanessa Paradis, Audrey Tautou, Vera Farmiga ou encore Keira Knightley sont superbes avec leur bonnet A, voire B (ne me dites surtout pas qu'elles en ont plus...) ;

  2. Je ne connais pas les soucis d'Eva Herzigova : au moins, les hommes me regardent forcément dans les yeux ;

  3. Je ne souffrirai jamais de ptose mammaire (ou alors j'en déduirai que j'ai dû faire quelque chose de vraiment très moche dans une vie antérieure) ;

  4. Et tout simplement parce que...

... un jour, je serai une princesse !

C'est ce que je me suis dit, lorsque j'avais six ans.

Ce soir de décembre, je me regardais dans la vitre fumée de la cheminée en brandissant fièrement une brosse à cheveux, ma baguette magique de fortune (brosse servant également de micro pour les récitals). C'était devenu une certitude dès l'instant où j'avais chevauché les immenses escarpins verts de ma mère. Oui, un jour je serai une princesse...

*

Etrangement, en m'observant dans le miroir de la salle de bain, vingt-quatre ans plus tard, je n'ai pas vraiment l'impression d'y reconnaître la Belle au Bois Dormant ni même Blanche-Neige. Je me suis endormie les cheveux mouillés, et au réveil, ils ont plutôt l'apparence de crin de poney écossais...

Du coup, je me dois de constater qu'il y a eu erreur dans le scénario de départ, parce que

je crois que je suis devenue Maximus Le Cheval

fidèle destrier de sa Majesté...

*

Hélas, il y a bien d'autres occasions pour me faire sentir que je ne suis pas (encore) une princesse :

  • Je suis officiellement chargée de gratter le pare-brise de ma voiture, le matin pour aller travailler (et je dois travailler !).

  • Je me prépare des Tupperware® avec les restes de la veille, pour déjeuner plus vite le midi au bureau.

  • Le chauffeur de bus ne m'ouvre pas la porte lorsque je l'interpelle à un feu rouge.

  • Lorsqu'un homme ouvre la porte d'un magasin, devant moi, c'est en fait pour mieux me la refermer sur le nez.

  • Lorsque je rentre le soir, aucun valet ne vient m'ouvrir la porte et il n'y a jamais de gibier fumant sur la table, au milieu des chandeliers en argent brossé (en réalité : bougies parfumées FÖRSÖKA, GLITTRAR et FÖRTRÄFFLIG, d'un célèbre magasin suédois).

  • J'ai beau parler à ma théière et à mon pot de sucre, ils n'ont vraisemblablement pas envie de tailler la bavette.

  • Les oiseaux qui chantent dans les branches au-dessus de mon banc (!!!WARNING!!!), sont des pigeons gangrenés, avec UN moignon ("Et ils vécurent deux jours et moururent dans d'atroces souffrances").

  • Et pour finir, bien que la liste soit encore longue : je dois couper mes cheveux tous les six mois parce que j'ai des fourches abominables, donc il me semble clairement impossible de concurrencer Raiponce.

Ce qui me rassure tout de même, c'est que

les princesses arrivent rarement à l'apogée de leur gloire

AVANT 30 ANS !

Ah ! J'en étais sûre ! On ne vous l'avait jamais dit...

Et oui : Cendrillon, Tiana, Mulan & Co. ont la trentaine bien tapée.

*

===> Comment est-ce possible ?!

Et bien, c'est très simple : cela s'appelle la magie du D.A.O.

(Dessin Assisté par Ordinateur)

Mais pour que vous puissez vivre cela, il faudrait être comme moi :
UNE PRINCESSE IMAGINAIRE !
Un jour, je serai une princesse
Un jour, je serai une princesse

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #Sport et paillettes

Repost 0
Commenter cet article

Mary 12/11/2012 13:07

Alors voilà, après avoir lu ton article et bien ri je dois l'avouer, j'ai fais quelques recherches rapides sur le web... je suis au regret de t'annoncer qu la plupart des princesses sont limites pré pubères !! entre 16 et 20 environ... en réalité. désolée... pour se rassurer, rappelons nous que toutes ces princesses, avant de finir heureuses et pleines de paillettes, subissent un sort des plus glauques entres belle mère odieuse, ou autres cloisonnement dans des tours gardées par des dragons cracheurs de feu, quand elles ne sont pas changées en ogre vert !!! mdr.
Mais rien n'est perdu !! à défaut d'être une princesse, tu es une fée. Marraine la bonne fée ! En mode hyper tendance.
De plus, n'oublions Jennifer Garner et Nathalie Portman, de vraies bombes en bonnet A !
Et sinon, reste plus qu'a soudoyer ton Homme afin qu'un petit effort soit fait pour dérouler le tapis rouge à chaque changement de pièce ! à bon entendeur ! ;-)