Manuel pour devenir une parfaite rabat-joie.1

Publié le 27 Novembre 2014

Manuel pour devenir une parfaite rabat-joie.1

Non, je ne vais pas vous dire comment décourager un enfant en 5 minutes à base de : "ne mets pas les coudes sur la table ; baisse le son de ton lecteur MP3 ; range ta chambre ; dis bonjour à la dame"...

En fait, je vais revenir sur le volet "Retrouvailles avec les pois cassés" où je vous faisais partager mes premières expériences végétariennes.

Six mois se sont écoulés depuis cette publication...

ll est donc temps pour moi de vous livrer la suite de mes expériences et de refermer ce chapitre végétal :-)

*

Pour faciliter la lecture, j'ai dû séparer cet article en deux (pavés) : 

Première partie : MA méthode testée et approuvée pour celles et ceux qui veulent m'imiter en société et devenir un(e) vrai(e) rabat-joie. 

et donc

Deuxième partie : ce volet traitera plus sérieusement des raisons qui m'ont poussée à arrêter de consommer de la viande et du poisson. 
(à ne pas manquer : on y apprend que toute cette histoire de végétarisme est partie.. d'une vidéo ! )

[suspense]

Manuel pour devenir une parfaite rabat-joie.1

Mine de rien, en 6 mois, j'ai eu le temps d'interroger un paquet de carottes et de choux romanesco avec mon économe. Une vraie tortionnaire !

(et j'en profite lâchement parce que mes carottes sont incapables de crier, évidemment)

*

Donc maintenant qu'il est vérifié que je mange bien végétarien :

QUESTION :

"Mais pourquoi diantre a-t-elle décidé de devenir végétarienne (à 31 ans) ?!"

*

Première supposition (somme toute "évidente") :

- "Oh... elle vient de changer de vie, et de mec (donc ça lui passera)"

*

Variante :

- "Son mec est végétarien : elle fait sûrement la même chose pour lui plaire ! (donc ça lui passera)"

*

Bon, à cela, je ne peux que me "défendre" par un :

- "BAH C'EST BIEN MAL NOUS CONNAITRE ! Je vous rappelle que j'ai un (sale) caractère (de Bélier indépendant) et une tendance naturelle à la contradiction !"

Parce que même si, EN EFFET, CELA NE M'AURAIT PAS DEMANDÉ UN GRAND EFFORT de me nourrir seulement de salade verte et de concombre [notez la caricature]...

...quand même... il faudrait que j'aime sacrément les complications pour devenir végétarienne simplement "pour le fun". Ou pour un mec.

*

(Bon, on est d'accord que mon homme n'est pas juste "un mec" mais "la réplique quasi parfaite d'un super-héros". Et que j'aurais donc certaines raisons de vouloir l'impressionner...)
Manuel pour devenir une parfaite rabat-joie.1

En tous cas, je m'oppose fermement à cette hypothèse du "elle le fait pour quelqu'un d'autre".

*

Une raison ? Oh mais c'est très simple : imaginez plutôt qu'à la place du rayon

- Escalope de poulet

- Saucisse de dinde

- Côte de porc

- Steak de boeuf

- Haché de veau

- Magret de canard

- Filet de lieu noir frit

*

et bien :

vous voilà, végétarien néophyte, en pleine hésitation devant le rayon :

- Escalope de soja texturé à réhydrater

- Saucisse de tofu

- Côte de ... rien du tout

- Steak de soja

- Haché végétal

- Magret de ... rien du tout

- Filet de tempeh frit

...

RÉACTION A CHAUD :

Manuel pour devenir une parfaite rabat-joie.1

Ah ! Vous voyez ! On ne peut clairement pas abandonner son régime carné SANS QUELQUES MOTIVATIONS SÉRIEUSES :-)

*

Après, contrairement aux idées reçues, ces motivations sérieuses ne sont pas requises pour SURVIVRE A UN RÉGIME HOOOOORRIIIIIIIIBLE.

Mais parce que c'est avant tout "une philosophie de vie", un "engagement personnel pour autrui" (oui, oui) et qu'on en a aussi besoin pour ne pas baisser les bras sur le long terme.

Car, soyons honnêtes :

La mise en oeuvre d'un régime végétarien au quotidien, reste fastidieux en France et particulièrement en Province. Les restaurants de cuisine "traditionnelle" ou les enseignes "généralistes" type Carrouf ou Auxchamps (pour ne citer qu'elles) n'ont pas encore prévu beaucoup de place pour les végétariens, et encore moins pour les végétaliens ! (qui excluent également les œufs, les produits laitiers et le miel -demandez-moi si vous voulez en savoir plus, d'ailleurs-)

Mais ça vient doucement, et ça c'est une bonne nouvelle.

*

Et : NON, le régime végétarien n'est pas déprimant.

On peut se payer le luxe d'être gourmand ET végétarien...

(après avoir rompu avec 30 années d'habitudes "une viande + un accompagnement")

... avec beaucoup de curiosité et un fond de persévérance aux fourneaux :-)

*

Ces blogs culinaires (que j'ai testés) vous prouveront d'ailleurs que je ne suis pas en mode "publicité mensongère" :-D

et comme déjà citées précédemment :

(dernière publication en date, par JUJUBE EN CUISINE (c) )

(dernière publication en date, par JUJUBE EN CUISINE (c) )

Mais revenons-en à nos "moutons".

*

Transformer le contenu de son frigo (et impacter très clairement ses sorties à l'extérieur, ou chez ses parents et amis), ne se décide pas comme une résolution éphémère de nouvelle année. Genre : se remettre au sport, arrêter les bonbecs, mater plus souvent des films en VO, acheter moins de paires de pompes, arrêter de se siffler systématiquement un pichet de vin aux apéros, ou encore renoncer aux bandes de cire froide et se faire épiler les jambes chez une esthéticienne.

Non, non...

Pour se lancer dans une alimentation végétarienne, il faut le vouloir AVEC FORCE ET CONVICTION :-)

===>

- "Merde, mais alors, ça veut dire que ce régime serait plus motivé qu'un effet de mode ou qu'un mec ?"

...

(heuuuu... oui.)

...

- "Hmmm... On l'a sans doute influencée. C'est pas possible de croire que gober des graines germées, c'est vraiment mieux qu'une ration de viande. Et les protéines dans tout ça* ?!"

"(et puis c'est débile : on vit (très bien) comme ça depuis des millénaires)"

*

(*) Ah... ces fameuses protéines animales dont on aurait absolument besoin ! En fait, on trouve des protéines en consommant de la chair animale. MAIS AUSSI, ho, ho, ho... en quantité importante dans les végétaux, les œufs et les produits laitiers. MAGIQUE :-) (des tas d'articles sont disponibles sur internet pour vous aider à y voir plus clair, évidemment)

*

Bref. Effectivement, j'aurais pu être influencée par un être supérieur et sadique.

M'obligeant à une éternité de fadeur gustative alors que je jouis pourtant d'une telle sensibilité dans les papilles ! (gâchis)

Mais qui cela pourrait-il bien être...

Le Texan qui propose des "Master Class" pour apprendre à faire pleurer les oignons ?

Le Texan qui propose des "Master Class" pour apprendre à faire pleurer les oignons ?

OU...

Le Géant Vert® et son épi de maïs rédempteur ? [n'y voyez rien de sexuel]

Le Géant Vert® et son épi de maïs rédempteur ? [n'y voyez rien de sexuel]

... OU BIEN SINON...

Celui qui va bientôt nous attirer du côté obscur de la gastronomie végétale ?

Celui qui va bientôt nous attirer du côté obscur de la gastronomie végétale ?

Non, rien de tout cela, je le jure.

*

- "Ah non ?! ... je sais. C'est encore un truc ésotérique. Genre : c'est mal de faire souffrir autrui, les animaux... pour le karma."

*

Ou bien encore :

- "Non mais en fait, financièrement c'est compliqué pour elle : toute seule dans son appartement avec ses deux chats... c'est soit la viande, soit les soldes !"

*

Bref, tout est finalement envisageable.

Sauf, bizarrement, les vraies raisons qui m'ont poussée dans cette voie, mûrement réfléchie...

Mes motivations sont loin d'être comprises et acceptées.

Pourtant, c'est assez "parlant" :

(mais bien plus quand on le voit que lorsqu'on en parle)

La douceur de vivre dans la filière de l'élevage intensif...La douceur de vivre dans la filière de l'élevage intensif...

La douceur de vivre dans la filière de l'élevage intensif...

La pêche à outrance, pensée comme si la Terre avait des ressources infinies.
La pêche à outrance, pensée comme si la Terre avait des ressources infinies.

La pêche à outrance, pensée comme si la Terre avait des ressources infinies.

J'ai été sympa : j'ai collé que des trucs "softs" (le but n'étant pas de vous faire fuir évidemment)

*

Je sais que ça dérange. Évidemment.

Et qu'on aime mieux voir ça :

Ah ben voilà une méthode d'élevage sympa (mais qui ne correspond pas forcément à la viande qu'on achète)

Ah ben voilà une méthode d'élevage sympa (mais qui ne correspond pas forcément à la viande qu'on achète)

Le Monde de Nemo ou "le bonheur absolu au fond de l'eau"

Le Monde de Nemo ou "le bonheur absolu au fond de l'eau"

C'est vrai que j'adore écrire des conneries pour vous faire rire (en tous cas sourire) et que j'aurais pu m'en tenir à Nemo & Co.

Mais ça serait vous mentir, et j'aime pas ça :-)

*

En fait, j'ai vu et lu des choses incroyables, qui m'ont fait changé d'avis et qui m'ont appris énormément, en une ridicule petite année.

Détail ici, avec mon second volet : http://thirtydiary.overblog.com/2014/11/manuel-pour-devenir-une-parfaite-rabat-joie-2.html

*

Et comme il est humain de vouloir en parler,

(vous savez, un peu comme quand on a appris, un matin d'automne, que Nabilla avait poignardé Thomas et qu'on aurait pris un porte-voix pour l'annoncer à tout le monde, si Facebook et les portables n'avaient pas existé !)

la question se pose donc :

COMMENT CA SE PASSE, CONCRÈTEMENT, EN SOCIÉTÉ ?

*

=> Aaaah en voilà un sujet délicieux ! Et bien, je suis tout simplement rangée dans la catégorie des rabats-joie ! :-D  

(surtout au restaurant)

*

Dommage, je crois que j'étais plutôt super-fun, jusque là ^_^

*

Généralement, j'essaie de rester évasive et de ne pas imposer le détail de mes récentes découvertes car je les sais brutales. Et puis si j'ose en parler, je vais carrément finir dans la case des extrémistes non grata.

Mais quand la discussion est lancée, j'ai quand même entendu pas mal de personnes me répondre :

- "Oui mais je ne veux pas savoir"

Ah bon. J'ai une information qui concerne directement ce que tu finances régulièrement, en faisant tes courses avec tes p'tits sous. Cette information est particulièrement horrible, ou en tous cas scandaleuse... et tu ne veux pas savoir ?!

BIZARRE.

*

Mais en fait, pas tant que ça.

Je pense que fondamentalement, et dans un tout autre contexte que cet épineux débat autour de la bouffe, ces personnes seraient intéressées par ce que j'aurais à RAPPORTER (pas ce que je pense être "bien" ou "pas bien", hein, juste rapporter des FAITS).

Mais là, ça touche au confort alimentaire, aux traditions et aux habitudes (bien ancrées).

Et ça touche quelque part à son positionnement vis-à-vis d'une certaine morale.

=> Si ces personnes apprennent qu'un produit est le fruit de maltraitances ou la cause de dégâts graves sur notre environnement, et que malgré tout, elles continuent à en consommer/acheter... cela reviendrait à dire qu'elles "cautionnent" ces mauvais traitements ou ces pratiques préjudiciables.

*

Du coup, c'est en toute logique que CEUX QUI NE VEULENT PAS SAVOIR sont généralement CEUX QUI N'ONT PAS L'INTENTION D’ARRÊTER DE MANGER DE LA VIANDE ET/OU DU POISSON et qui ne veulent pas se sentir coupables ni honteux vis-à-vis de cela. On pourrait en déduire que leur satisfaction dans l'assiette est pour l'instant plus forte que leur besoin de vérité et de prise de responsabilité (et c'est là que peut intervenir le fameux : "Je sais, je sais ... mais c'est trop bon, moi je ne peux pas arrêter la viande").

*

Il est plutôt compréhensible que personne n'ait envie de savoir ou de s'entendre dire qu'il ou qu'elle cautionne de la souffrance et de la privation, à travers un plaisir devenu soudain très primaire et égoïste.

C'est un fait, parmi les personnes rencontrées et opposées au débat : la plupart veulent pouvoir manger L'ESPRIT TRANQUILLE. Donc il arrive en effet qu'on ne veuille pas entendre ni savoir ce que j'ai appris récemment.

*

Mais ce n'est pas grave. Je l'accepte.

Je me suis moi-même régalée avec du foie gras jusqu'à mes 30 ans.

(et je regrette d'ailleurs d'avoir attendu 30 ans pour arrêter de cautionner cette pratique alors que "je savais" en quoi ça consistait)

30 ans à en manger allègrement, tout en sachant vaguement ce qu'était le gavage.

Mais j'ai fait comme la plupart d'entre nous : j'ai mis un "voile d'ombre" entre le mot gavage et la réalité du gavage. Pour ne pas atteindre ma zone affective. Pour pouvoir continuer à en manger sans être touchée par la réalité du geste qui est à chaque fois nécessaire pour obtenir ce bout de pâté (malade).

*

Mais en effet, des années plus tard, je me retrouve à mettre le doigt (volontairement) sur la touche "LECTURE" de mon ordinateur portable et à affronter la réalité TELLE QU'ELLE EST VRAIMENT (et pas comme on se l'imagine) : un canard violemment saisi pour être extrait d'une cage pas plus large que lui ; ensuite, un long tube métallique enfoncé sans préliminaires dans l’œsophage du canard, le déformant jusqu'à son estomac ; et le canard replacé de la même manière, comme un torchon en boule (travail en chaine oblige)... et cela, jusqu'au gavage suivant, et au suivant, et ce, jusqu'à ce que mort s'en suive. Parfois prématurément. Et dans la souffrance, vous l'aurez compris.

Les canards sont peut être cons comme certains aiment s'en rassurer, mais ce qui est sûr, c'est que les canards souffrent.

A chaque fois.

Et entre chaque temps mort.

Manuel pour devenir une parfaite rabat-joie.1
(effectivement, j'avais omis de vous prévenir que la version du "Géant Vert me menaçant avec son épi de maïs pour m'obliger au végétarisme"... était beaucoup plus fun que la réalité...)

...

Enfin voilà...

Quand on va me lancer sur ces sujets, je vais devoir être rabat-joie. Je suis OBLIGÉE (par ma conscience).

C'est comme ça :-)

*

Mais à la fois...

Si vous aviez également à votre connaissance une information horrible et scandaleuse, par exemple au sujet d'une marque de vêtements qui exploiterait de manière abominable des enfants :

  • enlevés à leurs parents pour les exploiter,
  • enfermés dans des ateliers aveugles, pour travailler à la seule lumière de néons,
  • entassés de façon à ne pas pouvoir trop bouger (et en caser un maximum sur une surface donnée),
  • tenus éveillés pour le travail, 20 heures par jour,
  • bourrés de médicaments pour s'assurer qu'ils pourront terminer ce qu'on a pour objectif de vendre,
  • nourris avec une bouillie infâme, mais réputée pour être bon marché et nutritive,
  • exploités jusqu'à ce que la fatigue les emporte, ou la maladie, ou le stress...
  • ou bien euthanasiés quand ils ne seront plus assez productifs et qu'on voudra les remplacer.

Franchement...

1) vous n'auriez pas envie de me le dire, si je me pointais chez vous avec l'une de ces fringues ?

2) et en porteriez vous-même ?

La réponse est : 1) SI ; 2) NON.

Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement :-)

*

Donc comme toute rabat-joie qui se respecte, et que je ne suis pas contente, et que je veux que ça change,

j'ai écouté Monsieur Gandhi, et, depuis, j'essaye de m'y appliquer :

(sachant que nul n'est parfait...)

Sois le changement que tu veux voir dans le monde.

Gandhi

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #Végéta*isme

Repost 0
Commenter cet article