MaMélie se marie

Publié le 7 Août 2013

MaMélie se marie

Dans moins de quinze jours maintenant, mon Amélie se marie (à l’Église).

*

Amélie, c'est mon amie. Pas encore trentenaire, mais elle a quand même sa place ici :)

Quand j’ai appris la nouvelle, il y a quelques mois de cela, j’étais physiquement ailleurs, sur cette même planète. Avec un autre homme. Et quand j’ai appris la nouvelle, j’étais juste et simplement contente, heureuse, ravie pour elle. Pour eux.

Parce que je trouve ça bien, lorsqu’on a l’énergie et l’intime conviction qui nous galvanisent et nous soutiennent, de le faire. Là, maintenant, quand on le sent.

*

A trente ans, quoi qu’il en soit, il est presque devenu ordinaire de "marier" ses amis. Et d'ailleurs, bien souvent, il s'agit alors de la dernière vague, car les tout premiers y sont déjà passés depuis un moment. Et même si je compte désormais à mon actif un grand nombre de « OUI JE LE VEUX », de lancers de riz, de discours et de pièces montées… c’est toujours le même sentiment qui m'anime : « Et bien voilà… encore un couple qui se marie… et moi, je suis encore ici » ; 'ici' étant un point indéterminé de ma vie. Une espèce d’aire d’autoroute où je serais tombé en panne, n’ayant alors plus qu’à regarder les voitures passer, et me devancer. Et depuis tout ce temps, j'imagine que beaucoup d’entre elles se sont déjà garées au bord de la mer, en plein au soleil.

*

Bref.

Il y a donc l'annonce...

Et puis un jour, le faire-part arrive.

Bien souvent, on l’avait presque oublié ! Parce que nous autres, Invités, vivons d’autres choses en parallèle de ces événements méticuleusement organisés dans les souterrains du Bonheur. Et ce que j’ai vécu pour ma part, dans cet espace-temps parallèle, c’est une SEPARATION. Je suis d’accord, ça aurait pu être plus sympa, ou en tous cas différent : une nouvelle maison, un troisième chat, un départ pour les Caraïbes, un changement de cap dans l’élevage de chèvres naines, un diplôme de Taï-Chi, une Médaille de France de la meilleure "lentille-corail à l’indienne". Bon et bien voilà, pas cette fois, c’est comme ça.

Ouverture de l’enveloppe...

qui, du coup, ne porte plus que le nom d'une seule des deux personnes affichées sur ma boîte aux lettres (vous l'aurez compris : MOI).

Et là, le faire-part, joliment présenté avec ses petits feuillets cartonnés.

  • Une partie pour la cérémonie religieuse ;
Ce qui n'est pas sans me rappeler que je ne sais toujours pas dans quel sens faire le signe de croix !!! Pour les indécrottables comme moi, ce petit lien vous sera certainement utile d'ici le Jour J : http://www.idees-cate.com/images/signe%20de%20croix2.gif)
  • Une partie pour le vin d’honneur, le repas et la fête du samedi ;
  • Et une partie pour le brunch « décuvant » du dimanche.

*

Le premier réflexe que j’ai eu (après la question du signe de croix)

  • Ça n’a pas été de m’interroger sur le « Dress Code », et plus précisément est-ce que j’allais avoir assez de temps pour trouver une robe, une paire de pompes coordonnées, un collier éventuellement assorti d’un bracelet, voire d’un Bibi…
  • Ça n’a pas été non plus de me rendre compte, à quelques mois du mariage, que je ne savais toujours pas danser la valse (ni toute autre discipline nécessitant grâce et légèreté).
  • Ça n’a pas été de "prier" pour qu'on puisse échapper à la Chenille infernale, parce que vous le savez, il y a toujours ce sympathique voisin de table qui vous attrape le bras de force, alors que vous hurlez que n’avez PAS DU TOUT envie d’y aller (mais lui, il s’en fout, il n’entend rien, probablement déjà bien "entamé" / ou tout simplement membre de la très fermée "Fédération Nationale des Amoureux de la Chenille").
  • Ça n’a pas été non plus de me dire : MINCE… SI JE RATTRAPE LE BOUQUET, JE BOUSILLE LES RÊVES D’UNE HONNÊTE FILLE "EN MÉNAGE" QUI VOUDRAIT BIEN QU’ON LA DEMANDE EN MARIAGE CETTE ANNÉE…

*

Non.

Rien de tout cela.

La problématique est beaucoup plus profonde que cela…

===>

EST-CE QU’AU MOINS, ILS AURONT PENSÉ A NOUS FAIRE CHANTER « TENIR UNE LAMPE ALLUMÉE » DURANT LA MESSE ?!!

Non, sans déconner, c’est la seule prière que je connaisse (vraiment = sans faire des "mmmmmh mon pèèèère mmmmmh bénissez mmmh le Seigneuuuur !") et je suis toujours prête à me lever et à taper frénétiquement dans les mains quand vient LE moment (mais en général l’ambiance m’en défend tout aussi rapidement).

*

Bon.

Blague à part...

La question… la vraie… la seule… l’unique… que l’on se pose, quand on est invité à un mariage, et j’avoue que c’est vraiment décevant (mais ça n'en reste pas moins humain) :

===>

A COTE DE QUI VA-T-ON ME PLACER A TABLE ?!!!

Je sais, c’est assez réducteur.

  1. Ça sous-entend que je ne pense qu’au repas. Et pour une fois, même pas dans un but de survie ( = "éponger" le vin d'honneur).
  2. Ça sous-entend que j’émets intérieurement l’hypothèse de passer une soirée de merde.

En fait... les célibataires (trentenaires) vous expliqueront cela :

C’est juste que, pour mon bien-être -et accessoirement le Bien de toute la communauté- , j'ai peur d'être encore placée à côté de Gérard « Le Vieux-Garçon incasable », ou à une quelconque table exclusivement destinée aux « Célibataires ». La raison est très simple : je me suis soudain mise à la place des "petits vieux" placés dans les coins des salles, si possible loin des enceintes et des courants d’air, à la table « Chêne », « Marbre » ou « Lourdes », et j'ai imaginé ce qu'on pouvait ressentir en étant catalogué :-)

*

Alors VOILA, VOILA ! :-D

Vous l'aurez compris : cet article n'est pas innoncent, et on pourrait même dire "malveillant" ! Ou comment rajouter une couche de stress pour les futurs mariés qui ont tout juste terminé leur 150ème plan de tables... 

*

Quoi qu'il en soit, j'imagine qu'en toute logique, après avoir jeté ce pavé dans la mare, je devrais pouvoir être sûre :

1/ de ne pas avoir à danser la Chenille (ou que mon voisin de table aura au moins l'élégance de me laisser, sagement aigrie, à ma place) ;

2/ de ne pas être placée à une table baptisée « Speed Dating » ni à côté de Gérard ;

3/ d’être isolée dans un angle inatteignable pour attraper le bouquet de la mariée ;

4/ d’avoir un voisin de table ayant reçu comme consigne de verser des somnifères dans ma flûte de champagne si je commence à être un peu trop désagréable ;

5/ et franchement, mais là, j'ai bien conscience que c'est seulement si j’ai de la chance… de pouvoir chanter « TENIR UNE LAMPE ALLUMÉE ».

Bref... je vous laisse sur ces belles paroles de trentenaire complètement désabusée.

*

Et à quelques jours de votre mariage civil...

je vous souhaite beaucoup de bonheur !!!

MaMélie se marie

Rédigé par Albane Sören

Publié dans #Vie & Quotidien

Repost 0
Commenter cet article

niko_kp 14/08/2013 09:03

La date de péremption est encore loin d'être atteinte, morue ... c'est d'ailleurs le (seul et unique) privilège des mâles alpha qui gagnent en charisme en vieillissant :p
Enfin ça compense à peine les amendes qu'on arrive pas à esquiver avec un sourire, les vendeurs qu'on arrive pas à corrompre avec un décolleté ou toutes les soirées passées à payer des verres à Jessica-bonnasse dans l'espoir qu'elle se rappelle de notre sourire le lendemain (alors qu'elle s'en fout : elle est déjà maquée, mais sait bien faire comme si ce n'était pas le cas).
Te bise quand même ;)

Albane Sören 14/08/2013 10:33

C'est vrai, j'oubliais que le mâle alpha n'aimait pas qu'on parle de sa date de péremption, qui, je le rappelle, n'existe pas (produit parmi le rayon "valeur sûre, non-périssable" :)

Juste pour info... pour "les vendeurs qu'on arriverait à corrompre avec un décolleté"... je précise que je n'ai pas de décolleté... un peu d'humour et d'intelligence (pour ma part, il a bien fallu que je développe ces facultés lol), de la fraîcheur et de l'amabilité, suffisent parfois (je sais, ça peut faire beaucoup pour certaines... :p )

Te bise aussi quand même ;)

mary 10/08/2013 21:08

à défaut de la chenille tu pourras toujours tourne les serviettes ou te déhancher sur les sardines ! pour mémo (parce que ça c'est sur c'est un rituel), les paroles de 'trouver dans ma vie ta présence" :

"Trouver dans ma vie ta Présence
Tenir une lampe allumée,
Choisir d’habiter la confiance
Aimer et se savoir aimé.


1.- Croiser ton regard dans le doute,
Brûler à l’écho de Ta voix,
Rester pour le pain de la route,
Savoir reconnaître Ton pas.

2.- Brûler quand le feu devient cendres,
Partir vers Celui qui attend,
Choisir de donner sans reprendre
Fêter le retour d’un enfant.

3.- Ouvrir quand Tu frappes à ma porte,
Briser les verrous de la peur,
Savoir tout ce que Tu m’apportes
Rester et devenir veilleur."

bon mariage à ton amie et évite de dégommer la sœur du marié... ;-)
love ma chouquette

Albane Sören 14/08/2013 10:35

PAR-FAIT !
Merci de rétablir l'information, il ne s'agissait pas de "Tenir une lampe allumée" mais "Trouver dans ma vie ta Présence"... j'avoue être un peu déçue à l'idée qu'il n'y ait plus de mariage ni de baptême de ton côté, je sais qu'avec toi, j'avais toujours mon petit moment Gospel... :)

PS : ce n'est pas une soeur, mais un frère... mais ça ne change rien... c'est chacun pour soi :-D

caro 09/08/2013 08:47

tres bon l'encart sur le joli poisson proche de la date de peremption , hate de le voir lundi ;)

Albane Sören 14/08/2013 10:37

Merci Caro :-)

C'est un joli poisson (que tu as maintenant pu apprécier ^^) mais comme ses congénères, il reste parfois difficile à débusquer :-)

Je persévère.